ÉCOLE
SECONDAIRE
PAUL-GÉRIN-LAJOIE-D'OUTREMONT
PORTAIL-PARENTS | FACEBOOK

Menu

Des élèves impliqués

 

Mobilijeunes  

En octobre dernier, l’organisme Mise au jeu a démarré son projet   Mobilijeunes   pour les élèves des écoles secondaires de l’île de Montréal. Ce projet visait à mobiliser, accompagner et former des jeunes dans l’élaboration d’une action sociale. En effet, cet organisme ayant comme mission de favoriser le changement social à travers l’art prit sous son aile environ 150 élèves qui furent poussés à utiliser leur créativité pour trouver une problématique présente dans leurs vies et en faire un sujet d’action sociale. Ces élèves provenaient de huit écoles secondaires différentes, dont Pierre Laporte, Monseigneur Richard, Cardinal, Clément,   Calixa Lavallée, Champlain, l’Académie Danton et pour terminer l’école Paul-Gérin-Lajoie d’Outremont. Plusieurs problématiques furent choisies telles que le racisme, les préjugés, les droits des ainés et l’homophobie. 

 

Nous nous attarderons sur le projet que quatre jeunes filles de l’école secondaire Paul-Gérin-Lajoie d’Outremont   ont élaboré à propos du rejet et de la différence dans notre société. Ce projet a été bâti par Leyla Wilken, Claire Beeman, Maroussia Fauber-Bravo et Lou Nappatuls. Suite à une quinzaine d’heures d’ateliers d’échanges données par deux animateurs de Mise au jeu, l’idée de travailler sur une action visant à dénoncer le rejet et la marginalisation de certaines personnes fit irruption.    Grace à plusieurs tempêtes d'idées, elles décidèrent de baser leur action dans l’autobus 51. Elles avaient comme plan d’introduire plusieurs personnes marginalisées tout au long du trajet de l’autobus.   Pour commencer, un homme de style punk et un autre habillé proprement se rencontrent dans le véhicule et agissent comme un couple homosexuel. Ensuite, unitinérant du quartier, qui avait accepté de participer au projet, entre en scène, se promenant amicalement dans l’autobus. Plus loin dans le trajet, une femme d’une soixantaine d’années embarque dans le bus en écoutant de la musique en chantant et en dansant. Pour terminer, deux jeunes filles d’environ quinze ans habillées en poupounes font irruption dans l’autobus. Ces dernières observent une autre jeune fille de leur âge en faisant des commentaires sur son habillement et en l’ignorant. Par la suite, ces mêmes deux adolescentes se mettent à émettre des commentaires homophobes   face au couple gai dans le but de créer des réactions chez les utilisateurs du bus. Leur but fut atteint car une femme intervint en expliquant aux deux jeunes filles que l’homophobie était dépassée et inacceptable. Pour boucler l’action, une jeune fille déguisée en clown embarque dans l’autobus entrainant avec elle un bouquet de ballons gonflables qu’elle distribue aux passagers présents. Des haut-parleurs dissimulés dans l’autobus jouent la chanson Stand By Me  de Ben E. King et tous les participants chantent en cœur.

 

En somme ce projet eut un effet révélateur pour les jeunes participantes qui se sont sentie à leur place. D’après Maroussia, «C’est rare qu’on fait des projets avec l’école qui ne sont pas super règlementés et qu’on a un peu d’espace». Les jeunes filles ont été contentes de se sentir utiles parce que, comme dit Claire, «quand tu fais rien de ta vie, c’est vraiment plate et ça donne la sensation de faire quelque chose de bien.»   Les élèves ont eu beaucoup de plaisir et ont «ajouté du fun» dans un lieu public.

Cette activité a été possible grâce à l’aire financière de Forum jeunesse de l’île de Montréal et du CRÉ de Montréal.

Aïki Mekerian ancienne élève de Paul-Gérin-Lajoie- d’Outremont

Voir la vidéo :

 

http://www.youtube.com/watch?v=H15drjlBOp0

 

PGLO a participé au Grand défilé du Père Noël sur la rue Sainte-Catherine. Cette fois-ci, nos lutins balayeurs de 5e secondaire, accompagnés de Geneviève Dufresne, ont défilé pour le plus grand plaisir de tous.
 

                          

Message
Ok
AnnulerConnexion
AnnulerS'abonner